Philosophie, écologie, économie…

Ce blog est un lieu de réflexion, de découvertes et d’échanges sur le changement de société. Plus précisément, sur le passage d’un monde occidental obsédé par la croissance économique à autre chose – on ne sait quoi exactement…

A travers des entretiens, ce blog souhaite donner la parole à celles et ceux qui appréhendent de façon positive cette transformation.

Au-delà, l’idée est de partager textes et expériences qui m’ont inspiré sur ces thèmes – philosophie, écologie, économie – et pourraient en inspirer d’autres. Des outils pour ouvrir des perspectives, tailler sa route.

Postcroissance, kesako ?

Le mot décroissance a servi et sert encore de « mot-obus » (formule de P. Ariès) face à la religion politique dominante, gauche et droite confondues, de la croissance matérielle comme principal moteur de progrès. Au niveau politique, cette idéologie s’incarne dans le dogme de l’augmentation du PIB. Mais elle prend aussi des formes plus concrètes : dans toute notre culture de consommation, le « mythe de l’Abondance », la finance de marché où règne la seule loi du profit immédiat…

Or, il y a de bonnes raisons de penser que cette religion du Toujours plus s’effrite peu à peu, en tout cas dans les sociétés industrialisées. Elle me paraît dépassée par les faits – comme l’absence objective de croissance en Occident, l’épuisement à moyen terme des ressources fossiles, la nécessité de lutter contre le changement climatique – mais aussi par d’autres discours, économiques, politiques, spirituels…

Le terme de postcroissance m’a donc semblé plus… positif et engageant pour penser l’avenir. En France, la notion est associée aux travaux de Jean Gadrey, économiste hétérodoxe et auteur de l’article : « une économie de post-croissance riche en emplois » (il a un blog). En Allemagne, Niko Paech, membre d’ATTAC, développe le concept de Post-Wachstum depuis plusieurs années. Vous pouvez lire sur ce blog un entretien avec lui.

Voici d’autres penseurs qui se rattachent pour moi à l’objection de croissance : Jean-Jacques Rousseau, John Ruskin, Henri Bergson… mais aussi Jean Baudrillard, Ivan Illich, Nicholas Georgescu-Roegen… plus récemment enfin Pierre Rabhi, Yves Cochet, Hervé Kempf…

Qui suis-je ?

Gabriel, philosophe.

 

Toute reproduction totale ou partielle des interviews, traductions ou textes introductifs de ce blog sans accord de l’auteur est strictement interdite.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s